Montage local de smartphones : Le gouvernement algérien se prépare pour un retour prometteur

0
148
Le gouvernement algérien s'est penché sur la question de la reprise de la fabrication locale de smartphones lors d'une réunion de travail conjointe présidée par le ministre de l'Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, aux côtés du ministre de la Poste et des Télécommunications, Karim Bibi-Triki, et du ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Tayeb Zitouni. Cette réunion, qui s'est tenue à Alger, a également vu la participation du président du Conseil du renouveau économique algérien (CREA), Kamel Moula, ainsi que des opérateurs économiques du secteur des télécommunications.

Les participants ont discuté des expériences passées en matière d’assemblage de téléphones mobiles selon les anciens systèmes SKD et CKD, mettant en avant l’expérience accumulée et les investissements réalisés dans ce domaine. Les opérateurs ont affirmé que les chaînes de production sont prêtes à relancer cette industrie.

Dans le cadre de la coordination entre les ministères concernés, le ministre de l’Industrie a souligné l’importance de recenser toutes les ressources disponibles pour mobiliser les efforts nécessaires à la réussite de cette initiative. Le ministre de la Poste et des Télécommunications a quant à lui souligné les efforts déployés par son secteur pour moderniser les infrastructures et fournir un accès Internet de qualité, tout en insistant sur la nécessité de produire localement des smartphones équipés des dernières technologies et de garantir un service après-vente efficace.

Par ailleurs, le ministre du Commerce a abordé la question du contrôle du commerce extérieur et a appelé à une évaluation approfondie afin d’éviter les erreurs passées, notamment en ce qui concerne l’intégration.

Les opérateurs économiques présents ont exprimé leur soutien à la stratégie gouvernementale visant à relancer cette activité et se sont engagés à contribuer à la réalisation des objectifs fixés. Il a été convenu de poursuivre les discussions avec les opérateurs pour définir les grandes lignes du cahier des charges régissant cette activité.