Le monde produit 50 millions de tonnes de déchets électriques et électroniques

0
49
Les personnes qui travaillent dans le secteur du traitement des déchets électriques et électroniques sont souvent exposées à plusieurs dangers. Conscient de cette réalité, l'Organisation internationale du travail a appelé à l’urgence de protéger cette catégorie de travailleurs.

Dans un communiqué publié sur son site web, l’OIT affirme la toxicité et la dangerosité des déchets électroniques et électriques. À l’issue d’une réunion tenue à son siège à Genève, l’institution onusienne a recommandé aux gouvernements de renforcer et promouvoir les investissements dans les infrastructures et les systèmes de gestion des déchets. Le but étant de gérer la prolifération des déchets électriques et électroniques, d’une manière qui puisse faire progresser le travail décent.

Le vice-président du groupe des travailleurs, James Towers, cité dans le communiqué, a relevé que les travailleurs qui manipulent des déchets électriques et électroniques ne sont pas à même de faire entendre leur voix et n’ont aucun pouvoir de négociation, alors que leur tâche consiste à détruire des matériaux dangereux avec leurs mains. « De plus, ces travailleurs n’ont pas conscience des nombreux risques liés à la manipulation des déchets électriques et électroniques », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le Président du Forum de dialogue mondial sur le travail prévient que les déchets électriques et électroniques deviennent une ressource de plus en plus importante pour les travailleurs de l’économie informelle qui interviennent dans la chaîne de valeur des déchets électriques et électroniques.

Selon L’OIT, le monde produit chaque année pas moins de 50 millions de tonnes de déchets électriques et électroniques mais seuls 20% de ces déchets sont traités via des filières de recyclage officielles. La même source affirme que la valeur estimée de ses déchets (sous exploités) estimée à 55 milliards d’euros.