Téléphonie mobile : Les fabricants tirent la sonnette d’alarme !

0
42
Une quarantaine d’entreprises publiques et privées spécialisées dans la fabrication de l’électronique se sont regroupés dans un collectif et ont adressé une lettre à la ministre de l’industrie et des mines pour tirer la sonnette d’alarme sur la gravité de la situation dans laquelle ils se retrouvent depuis plusieurs mois.

Dans une lettre adressée à la Ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, rapporté par l’APS, le collectif a estimé que « la décision d’exclure le montage de la fabrication de téléphonie mobile du dispositif préférentiel d’importation des kits SKD/CKD, est fondée sur des données totalement erronées ». Selon eux, cette décision est porteuse de répercussions néfastes aussi bien sur les producteurs que sur l’économie nationale.

Pour préserver la filière, regroupant quelque 6.000 emplois directs et plus de 20.000 indirects, le Collectif propose une révision à la hausse des droits de douanes du régime SKD concernant la téléphonie mobile, tout en maintenant le Droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS) pour l’importation des produits finis.

Il est également proposé la mise en place d’un Comité regroupant des représentants du Ministère de l’Industrie et des Mines et du Collectif des fabricants, pour travailler sur un plan de conversion du régime SKD vers le régime CKD » adapté à la filière.

Selon la même source, le coût d’importation des composants utilisés dans le montage de la téléphonie mobile a connu une « ascension fulgurante », notamment suite à l’avènement de la 3G et la 4G en Algérie, en passant de plus de 400 millions dollars en 2014 à plus de 650 millions dollars en 2016.