L’industrie de téléphonie mobile en Algérie menacée

0
126
L’industrie de l’électroménager, de la téléphonie mobile et de l’électronique est en danger. C’est le moins que l’on puisse dire suite à la décision du Ministère de l’Industrie et des Mines concernant les quotas d’importation des kits CKD/SKD imposés aux opérateurs activant dans ce secteur.

Dans une déclaration au quotidien national ‘’Echourouk’’, Ali Bey Nasri, Président de l’Association Nationale des Exportateurs Algériens (ANEXAL) indique que 07 contrats de montage de produits d’électroménagers et de téléphonie mobile pourront être résiliés. « Il est nécessaire d’annuler cette décision dans les plus brefs délais, autrement elle engendra à l’économie algérienne une perte estimée à 130 millions de dollars, la valeur prévue des exportations de produits électroménagers et mobiles durant l’année 2019 », a-t-il expliqué.

Selon M. Nasri, Condor Electronics, Bomare Compagny, Brandt (filiale du Groupe Cevital), Iris, Essalam Electronics, Enie et Eniem lancent aujourd’hui un appel de détresse aux pouvoirs publics pour trouver une solution à la crise qu’ils vivent depuis plusieurs mois déjà. Le président de l’ANEXAL fait savoir que ces opérateurs ont pu exporter durant l’exercice précédent pour une valeur de 60 millions de dollars.

M. Nasri souligne que cette décision aura de lourdes conséquences. Elle mènera à la résiliation de contrats entre les opérateurs algériens et de nombreux pays vers lesquels ils exportent, la fermeture de show-room et la suppression de milliers postes d’emploi.