Plus de 200 000 PC vendues, selon Haïchour

0
2578
Les lenteurs intrinsèques aux établissements bancaires dans les opérations d’octroi de crédits, ont été derrière le retard qu’a enregistré l’opération un PC pour chaque foyer «Ousratic». Avec l’arrivée en Algérie de la filiale de la banque française spécialisée dans les crédits à la consommation, Cetelem et prochainement d’une filiale de BNP PariBas, l’opération atteindra enfin sa vitesse de croisière (Par Yazid Benhaïmi).
C’est en tous cas ce que soutient Boudjemâa Haïchour, ministre
de la Poste et des technologies de l’information et de la communication (MPTIC),
en marge du séminaire international sur les accès radio large bande, organisé
par Algérie Télécom, qui se déroule actuellement à l’hôtel Sheraton (Alger).

«Ainsi, les crédits seront débloqués entre 24 et 48 heures
avec Cetelem, puisque celle-ci finance directement les fournisseurs. Chose qui
permet une rapidité dans l’octroi des crédits aux consommateurs
», a
souligné Haïchour. «Nous avons dépassés les 200 000 PC vendues dans le
cadre de Ousratic
», a-t-il avancé. Le ministre soulignera également la
relance qu’a connue Ousratic depuis quelques temps, suite à la dernière
réunion du comité de suivi de l’opération avec le ministre des Finances et les
représentants de banques et sociétés d’assurance, où l’ordre du jour était de
donner le coup d’accélérateur au nombre de crédits octroyés.

 


«L’opération a avancé en dépit des lenteurs bancaires. Il
faut reconnaître à ce propos que nos banques n’ont pas encore cette tradition
d’octroi de crédit à la consommation
», soulignera le ministre. Le
responsable du dossier Ousratic au sein du ministère des PTIC, évoquera, lui,
la mise à niveau dont a bénéficié les employés des agences bancaires impliqués
dans l’opération, qui a nécessité du temps. Outre les fournisseurs de PC qui
prennent part à l’opération, 05 nouveaux autres et un éditeur de logiciels
vont bientôt s’ajouter à cette liste, révélera Haïchour. «Nous sommes
passés d’une situation d’angoisse des fournisseurs qui ont exprimés des
appréhensions quant à l’écoulement de leurs produits à un état de rupture de
stocks
», a-t-il relevé.

 

Ouverture du capital d’Algérie Télécom : la balle est dans
le camp du gouvernement
Le dossier de l’ouverture du capital de l’opérateur historique
est au niveau de la chefferie du Gouvernement, et sera prochainement soumis au
Conseil, a mentionné Boudjemâa Haïchour. « C’est une question d’agenda »,
précisera-t-il. Le récent changement à la tête de l’Exécutif a fait que le
dossier soit quelque peu retardé. L’ouverture du capital d’Algérie Télécom,
qui suscite l’intérêt de pas moins de 45 sociétés étrangères, fait partie des
réformes du secteur, soulignera le ministre.

Par ailleurs, dans son allocution au cours de ce séminaire, qui
a regroupé un nombre important d’experts et participants arabes et
internationaux du secteur des télécoms et des nouvelles technologies, issues
des pays arabes, le ministre a souligné la nécessité pour l’Algérie de
promulguer l’accès au haut débit, condition sin qua non pour développer les e-applications tels que e-learning, e-commerce, e-finances, e-santé,
e-administration… Des applications qui, estimera le ministre, «nous incite
à nous tourner davantage vers les technologies à haut débit, voire très haut
débit, quelles soit filaires ou sans fil, selon qu’il s’agisse d’assurer la
desserte dans les grandes agglomérations à forte concentration d’habitants ou
d’offrir des solutions d’accès haut débit aux utilisateurs mal ou non
desservies dans les localités éparses
».